Séparation

Project Description

La séparation

La séparation s’inscrit dans la gestion des émotions

C’est quoi une émotion?

L’émotion est une réponse physiologique qui permet de s’adapter à une situation. Les émotions primaires sont la colère, la joie, la peur et la tristesse.

Une séparation entraîne de la tristesse, de la colère, il y a également une notion de perte et d’échec.

D’après de nombreux psychiatres dont Christophe Fauré, elle équivaut en fait à un deuil avec un processus identique, en gardant à l’esprit que chaque personne est unique et que chaque séparation est unique.

Toujours selon Christophe Fauré, différentes phases surviennent, plus ou moins longues bien évidemment selon les personnes :

  1. Nous pouvons en effet distinguer une phase de choc, de sidération, de déni accompagnée souvent d’une anesthésie des émotions et d’épisodes de décharge émotionnelle, comme une incontrôlable envie de pleurer. Il est très important de ne pas se censurer à ce niveau là car c’est une soupape de sécurité.
  2. S’ensuit une phase de fuite/recherche, visible chez certains, intériorisée chez d’autres avec parfois une hyperactivité. On pense sans cesse à l’autre, les lieux familiers attirent irrésistiblement, c’est le moment des ruminations.
  3. Puis survient la phase de déstructuration où la personne se trouve confrontée à différentes émotions :
    • Colère/ révolte, contre la destinée, contre l’autre, contre soi-même, pourquoi moi ?
    • Culpabilité, on se reproche de ne pas avoir fait ceci ou cela, su interpréter tel signe, ne pas avoir peut-être suffisamment communiqué, il est trop tard pour revenir sur un passé que l’on regrette amèrement.
      Cette culpabilité va souvent de pair avec une baisse de l’estime de soi accompagnée fréquemment d’un vécu dépressif qui a sa dynamique propre et évolue par vagues : troubles du sommeil, de l’appétit, douleurs multiples (maux de tête, nausées, palpitations), ralentissement physique, baisse des compétences intellectuelles, modification de la perspicacité du jugement, tristesse.
      Attention, ce vécu dépressif est à distinguer de la dépression clinique qui est une complication du premier: goût à rien, apathie, insomnie et doit amener à une consultation chez un médecin.
    • Peur / anxiété avec perte de repères, palpitations, nausées, vertiges.
    • Angoisse pour affronter le quotidien.
  4.  Puis vient la phase de restructuration
    • Redéfinition de la relation avec autrui et le monde : comment suis-je perçu socialement, conscience qu’il existe un nouvel un espace de vie dans lequel on peut tout reconstruire
    • Redéfinition de la relation avec soi même

Comment la sophrologie peut-elle aider ?

Pour gérer une émotion, il est important de la reconnaître et de l’écouter. La sophrologie aide à reconnaitre, accueillir et exprimer ses émotions, elle aide également dans la phase de restructuration à redéfinir ses valeurs.

Techniques :

De nombreuses techniques sont intéressantes face à cette problématique. Nous pouvons citer par exemple :

  •  la respiration consciente, on offre un espace dans lequel l’émotion peut s’exprimer
  • la présence et l’activation du positif, avec éventuellement l’évocation d’un lieu ressource  qui peut être un nouvel espace de vie
  • l’ancrage, la présence à soi-même
  • le travail sur les les 5 sens pour revenir à l’instant présent, faire taire les ruminations
  • le travail sur la confiance en soi par rapport à notre capacité à construire une relation durable et harmonieuse qu’elle soit professionnelle, amicale ou amoureuse, confiance en soi pour vivre seul peut-être
  • la technique sur les valeurs, quelle valeur est intéressante pour la personne en ce moment
  • la méthode Vittoz enfin peut être intéressante avec tout le travail sur la volonté

Attentes

Les mouvements, les exercices, les techniques enseignés pendant les séances sont simples et peuvent être reproduits seul à la maison. L’idée est vraiment que la personne soit actrice dans son cheminement avec l’aide du sophrologue.

Déroulement : 

5 séances minimum, en fonction bien sûr de la problématique, la motivation et l’entraînement de la personne. Une personne peut très bien avoir besoin seulement de quelques séances pour aller activer en elle ses potentiels et le positif afin de poursuivre son chemin sereinement sachant que chaque séparation, chaque deuil demande du temps et qu’il faut savoir être patient.

Les séances de sophrologie se tiennent généralement à un rythme d’une par semaine. Il est recommandé de pratiquer les exercices également chez soi afin d’optimiser les résultats.

Pour plus d’information concernant le déroulement des séances individuelles, merci de bien vouloir cliquer sur ce lien.

Pour plus d’information concernant les tarifs, merci de bien vouloir cliquer ici.